Archives de catégorie : Vélo Voyage

Finir la French Divide en roue de 26 et en pédale plate.

La French Divide est une course de bikepacking traversant la France du nord au sud en passent principalement par les chemins de VTT.

  • Départ : Bray-Dunes
  • Arrivée : Mendionde
  • Km : 2270 km (80 % de chemin de VTT)

Départ de Bray-Dunes a 7h14 le 8 août. Les premiers kilomètres sont très roulant, parfait pour se mettre en jambe, le chemins suit souvent des bords de canaux. Après quelques kilomètres du départ, je m’aperçois que les vitesses ne passent pas correctement, la chape de mon dérailleur arrière est tordue, sûrement pendant le transport en train. La canicule des premiers jours est difficile, mais un arrêt pour me rincer à chaque cimetière, à chaque robinet, me permet de résister au 40°C.

Départ à Bray-Dunes

Puis l’enfer du nord, commence pour moi par le passage par les pavés du Paris-Roubaix. Sans une suspension fonctionnelle et des pneus trop gonflés, les pavés tapent très fort.

Avant l’arrivée au point de contrôle de Charleville-Mézières dans les Ardennes, un orage s’abat, je suis en plein foret, un arbre tombe juste auprès de moi. Il n’y a pas d’abri, je décide de continuer sous l’orage. Si je m’arrête, je risque d’attraper froid. Je continue donc sous l’orage. En sortie de la foret, l’orage s’arrête, ouf, je rejoins à temps le point de contrôle n°1 de Charleville-Mézières. Une première victoire !

Morvan

Le passage dans le Morvan me plais bien, les singles track, les monter dans la forêt ressemble à la Bretagne. Le long des chemins étroits, les mûres sauvages sont présentes en abondance. Au bord d’un chemin de pierres blanches, qui brille au soleil, un jeune renard observe mon passage. Quelques passages dans les broussailles, orties, ronces permettent de ne pas d’endormir sur le vélo. Avant l’arrivée au deuxième check point au village de Quarré-les-Tombes ou Sébastien et Samuel m’accueillent et tamponne mon arrivée. Après un ravitaillement express dans la supérette du village, je disparais, pour reprendre la route vers le CP3.

 

Verdun

Avant d’arrivée à Verdun, un bout de bois s’est coincé entre ma roue arrière et le cadre, lors d’une descente. Résultat, la durite du frein arrière est tordu, donc plus de frein arrière. Obligé de rester à Verdun afin de réparer, après trois visites dans des magasins de vélo. Je ne suis toujours pas réparé, les durites sont en rupture de stock. Je trouve un autre magasin qui n’a pas de durite mais purge mon frein arrière. Le frein n’est donc pas complètement réparé, mais j’ai un peu de freinage, mieux que rien! Après avoir perdu une mâtiné à Verdun, je reprends la route plus motivé que jamais pour rattraper ce temps perdu.

Massif central

Arriver dans le massif central, les montés sont longue mais le pourcentage n’est pas élevée.

Je finis avec du mal la descente technique sur la Bourboule, je suis affamée, plus de provisions et il la pluie est intense. Je cherche un magasin d’ouvert, après un tour dans la ville, je conclus que tous est encore fermer. Je suis arrivé trop-tôt. Je m’abrite de la pluie dans une banque afin d’attendre l’ouverture d’une boulangerie à 7h.Après un bon ravitaillement à la boulangerie, avec 2 pains au raisin dans le ventre et un sandwich, je repart sous la pluie en direction de la Tour d’Auvergne.

Après le massif central, une session facile permet de souffler avant d’attaquer le Tarn, annoncé comme très difficile et redoutable.

Rocamadour

Passage technique dans la magnifique cité médiévale de Rocamadour. Ce passage dans cette cité très touristique permet de ce mettre en jambe avant de filer vers la session 15 du Tarn.

Tarn

L’arrivée dans le Tarn commence par la traversé des forêts enchantée , un sous-bois humide avec des mousse sur les arbres. l’enchantement du début de cette session 15, fini vite par un désenchantement.

Les descentes sur single track et montés techniques s’enchaîne. Je n’ai jamais été à l’aise dans les descentes technique, je descend donc souvent certaine partie à pied. Je préfère monter que descendre. Mais, les pentes avec un pourcentage élevé, les cailloux font que je pousse malheureusement très souvent mon vélo. Heureusement, que je suis pas trop chargé.

Ascension finale vers le village perché de Puycelsi afin de rejointe le point de contrôle n°3. Le dernier point de contrôle de la French Divide. Au final sur cette session, j’ai mis 18h pour faire 144 km, considéré comme la plus difficile du parcours. Après, le pointage à Puycelsi, et un bon plat de patte dans le ventre, je m’arrête dans un petit camping familial pour reprendre des forces avant d’attaquer les derniers 500 kilomètres. Je me laisse 3 jours pour faire ces derniers kilomètres, oui enfin !

Pays Basque, la fin

Les 30 derniers kilomètres sous la pluie défilent trop lentement, je regarde chaque décompte des kilomètres sur mon GPS. Les pentes sont vraiment raides dans le pays Basque, il ne savent pas faire des routes en zigzague !

Enfin, arrivé au panneau de signalisation du village de Mendione, la fin est proche, les jambes tournent encore bien.

13 jours 11 heures et 59 minutes

Conseil pour terminer la French Divide en moins de 15 jours :

 

  • Rouler à son rythme dès le début,
  • En dessous de 6km/h, ne pas forcer, poussé le vélo
  • Avoir testé sa selle pendant des milliers de kilomètres par pluie et chaleur,
  • Faire régulièrement des étirements sur le vélo.
  • Avoir plusieurs positions sur sa potence,

    Matériels utilisées :

  • GPS Etrex 32 X avec l’utilisation de pile lithuim.
  • Sursac RAB
  • Duvet cumulus X-Lite 200
  • Sac étanche orlieb 22 L
  • Matelas NeoAir UberLite Thermarest

French Divide 2020 – Préparation

Préparation à la French Divide une aventure VTT de bikepacking, sans assistance et en autonomie. La French Divide est  une traversée de la France de Bray Dunes à Mendionde sur route et chemin sur une distance de 2270 km.

Voici une liste de mon matériel :

Le vélo

  • VTT carbone,
  • Roue 26,
  • Selle brooks,
  • Mono-plateau,
  • Frein hydraulique Shimano XT.

Le matériel

  • Sac 22L orlieb
  • Sursac RAB
  • Duvet cumulus X-lite 200
  • GPS Garmin Etrex 32x
  • Matelas Thermarest UberLite taille S
  • Sacoche de selle
  • Multi-Outils
  • Lampe frontale

Homepage

La Bretagne à vélo

Cette fois, je ne suis pas partie faire le tour du monde à vélo. C’est en Bretagne que j’ai voyagé pendant 3 semaines. Mon périple a démarré au port de  Saint-Brieuc et j’ai pris la direction  de l’Eurovélo n°4 vers Paimpol. L’Eurovélo n°4 est une route plutôt sympa, bien balisé, mais parfois les kilomètres indiqués sur les panneaux sont incorrects.

Voici une carte de la Bretagne avec l’itinéraire que j’ai effectué pendant ces 3 semaines de  vélo :

  • Kilomètres : 1533 km

Le départ

La première journée se passe bien avec un vent de dos sur les 30 premiers kilomètres. La route bien vallonnée avec de belles petites pentes de 14%. Elles sont peu longues mais répétées, elles cassent bien les jambes. La mer est à ma droite, et le chant des mouettes me guident.


Des magnifiques paysages vallonnés après la ville de Saint-Brieuc :
Une petite route de campagne entre deux blocs de granit :

La cote Bretonne vers Paimpol.

L’eau bleu turquoise, mais bien froide !

La cote de granit rose est magnifique, elle porte bien son nom, à Perros Guirec les rochers sont colorié de bleu, jaune et de rose.

Les dizaines de petits ilots de granite d’une couleur rose clair bordent toute la côte entre la ville de Perros-Guirec et Tréburden. Arrivé aux rochers de Ploumanach, admiré et photographié par de nombreux touristes Français, Allemands et notamment Hollandais. J’ai profité de ce magnifique diaporama pour prendre quelques photos et de déjeuner. Un sandwich et une banane ont fait l’affaire. Après cette petite pause, j’ai repris la route vers la ville bien connue pour les télécoms, la ville de Lannion.

Arrivée à Brest, j’ai traversé brusquement cette ville. Je ne suis pas fan des villes à vélo. Et j’ai pris une pause dans un camping municipal près du pont de l’iroise.  Le lendemain, ma route a continué vers le petit village de Landévennec sur la presqu’ile de Crozon.

Landévennec

La pointe du Raz

Découverte de la pointe du Raz :

La pointe du Raz

 La route après la pointe du Raz est plus facile, moins vallonnée.  S’ensuivent des kilomètres de belles plages et de petit port de pêche.

Magnifique petit phare du port de pêche du Doëlan

Barrage d’Arzal

Arrivé au barrage d’Arzal sur l’estuaire de la vilaine, j’ai quitté la cote pour rejoindre la ville de Redon.  Après la ville deRedon, j’ai suivi le canal de la vilaine.

Barrage d’Arzal

Le canal d’Ille-et-Rance

Le canal d’Ille et Rance est un petit canal que j’ai suivie entre Redon et Montreuil-sur-Ille.

Les premiers kilomètres ont peu d’écluses sur un beau petit chemin bien aménagé. Le chemin est bien plat, un bonheur pour le cycliste.

Le retour de la mer

Après avoir traversé la Bretagne du sud au nord, me voilà de retour près de la cote.  Je reprends mon voyage en suivant la cote à partir du Vivier-sur Mer.

J’ai bouclé mon tour de Bretagne à Saint-Brieuc  la ville de mon départ.

Informations sur mon matériels

  • Vélo de type VTC
  • Tente, matelas gonflable,
  • Réchaud aux gaz
  • 2 sacoches arrières, sacoche guidon + tente

Conseils pratiques :

  • Ravitaillement en eau : aucun problème avec les toilettes publiques, cimetière, …
  • Ravitaillement en nourriture: aucun problème, nombreux petits villages.
  • Hébergements : nombreux campings sur la cote Bretonne.
  • Routes : bien vallonne en Bretagne nord, parfois avec des pourcentages élevées.  La route casse les jambes avec des montés et descente. Il ne faut surtout pas croie que la région Bretagne est facile.

En conclusion la Bretagne c’est fabuleux mais ça se mérite. La Bretagne c’est loin d’être plat, la météo peut parfois être capricieuse. avec des petits crachins. Le nord de la Bretagne est pour moi plus jolie, vallonné, plus varié et plus sauvage.

Kenavo