La Polska par la R1

Cet article présente ma traversée à vélo de la Polska (Pologne en Polonais) d’Ouest en nord-est en suivant la piste européenne R1. En partie suivie, car dès le début de mon arrivée en Pologne, je me suis tromper de route pendant environ 80 km et à plusieurs reprises des pistes fermer pour cause de travaux.

La Pologne est équipée de nombreuses pistes cyclables aussi bien dans les grandes villes que dans les petits villages de campagnes. Mais quelquefois elles sont en coure de construction, et parfois après plusieurs centaines de mètres s’arrête net. Obligé de faire demi-tour et de trouver un autre chemin.

DSCN0016

Piste pas fini !

Les routes Polonaises sont souvent en mauvais état et vraiment dangereuse pour les cyclistes, obligé la plupart du temps de zigzaguer entre les trous. C’est pourquoi la route R1 empreinte le plus souvent  des routes de campagne. Car les voitures et surtout les camions sont vraiment dangereux. Ils roulent vite et font aucun effort pour s’écarter. J’étais obligé de regarder constamment dans le rétroviseur et dès l’apparition d’un camion, de me mettre directement sur l’accotement. Et d’avaler une bonne dose de poussière en bonus. Le rétroviseur en Pologne est  indispensable !

L’état des routes n’est pas super mais il y a bien plus embêtant, ont le dit meilleure amie de l’homme, mais ennemi du cycliste. C’est bien sûr le chienLe chien Polonais est généralement hargneux ! 

Je me suis fait à plusieurs reprises attaquer dans des petits villages de campagne. Pour les éviter, j’utilise la technique de l’arrêt immédiat lorsque le chien vous coure après. Ceci surprend le chien, qui ne s’attend pas à ça !  Je m’arrête donc, et je descends de mon vélo à l’opposé du chien. Mon vélo fait barrière et le chien après quelque aboiement repart ! Mais les chiens ne sont pas les seuls animaux désagréables il y aussi les moustiques. Lors des pauses de la journée et le soir, les moustiques sont de plus en plus présents.

Je suis arrivé en Pologne par la ville frontalière de Kostrzyn. ville ou j’ai pu échanger dès euros en Zloty la monnaie Polonaise. Ensuite, la route R1 ma conduit par la ville de Malbork, avec sa forteresse teutonique de Marienbourg inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

DSCN0021Forteresse de Malbork

Après la ville de Malbork, sous une chaleur de 35°C et 3 litres d’eau, direction 90 km plus loin à la ville de Nicolas Copernic, Frombork. La ville de Copernic, astronome Polonais ayant défendu la théorie selon laquelle la terre tourne autour du soleil. 

NicolasCopernic

Tableau de Nicolas Copernic

À Frombork, j’ai pris une journée pour visiter la ville et le musée de Copernic et bien sur faire l’entretien de mon matériel.

Après la Pologne, direction la Russie avec l’enclave de Kaliningrad.

A bientôt.

 

La Deutschland par la Europaradweg R1

Cet article présente ma traversée à vélo de l’Allemagne d’Ouest en Est en suivant encore la piste européenne R1.  

La première partir de cette traversée c’est effectué dans la région de Munster. Dans toute ma traversée, j’ai pu constater que l’Allemagne utilise beaucoup d’énergie renouvelable comme l’Éolien et plus particulièrement le solaire dans la région de Munster. Des toits entiers de maison, bâtiment agricole et usine en sont complètement recouverts. Des centrales solaires photovoltaïques sont aussi présentes dans cette région.

DSCN0002

Maison entièrement recouverte de panneaux photovoltaïques.

Ensuite, direction la ville touristique d’Höxte près du fleuve Weser, dont son centre-ville présente plusieurs magnifiques maisons à colombages.

Hoxter

Centre ville de Höxter.

Après Höxter j’ai pris la direction de la ville de Goslar, région de légendes et de sorcières dans le parc de 24700 hectares de Hartz. 

DSCN0061

Les sorcières font aussi du vélo !

Hartz est une région montagneuse que j’ai traversée avec parfois quelques petites difficultés dans des chemins de cailloux et de boues, mais avec un paysage magnifique on oublie vite la pente gravie !

La particularité de la traversée de l’Allemagne a été de trouver sur tout le chemin des superbes places de repos. Ces places sont des abris en bois avec des bancs et un toit, bien utile lorsqu’il pleut ! De plus, ces abris sont tous décoré de façon personnelle, avec parfois un carnet de voyageur à l’intérieur, des bougies et une couverture.

DSCN0008

Abris bien pratique pour une petite pause.

Ensuite, j’ai pris la direction sous l’orage de la capitale Berlin. Avec sa grande histoire et ses monuments célèbres. J’ai bien sur traversé avec mon vélo et non à pied la porte symbole de la ville, la porte de Brandebourg d’une hauteur de 26 mètres dont la construction est de 1788 – 1791.

Porte_De_Brandenburger

Porte de Brandebourg

Au niveau de la carte pour l’Allemagne, je n’ai pas utilisé une carte routière normale. J’ai utilisé une carte spéciale véloroute R1. Cette carte est vraiment bien adaptée pour le vélo, papier waterproof, bien détaillé, informations sur les hébergements, campings, nombre de kilomètres, déniveler, …

DSCN0026

Les pistes cyclables sont moins nombreuses qu’aux Pays-Bas, de plus elles sont souvent liées avec les trottoirs. Les routes sont parfois dans un état catastrophique, des trous partout et des pavés.

Pour l’hébergement, j’ai parfois utilisé des campings, ils sont moins nombreux et moins bien n’équipés qu’aux Pays-Bas, mais moins chères. Le prix est entre 5 et 13 €. La place de camping avec un repas mon été une fois offert après une journée entière sous la pluie.

En conclusion, l’Allemagne a beaucoup de magnifiques paysages, des villages atypiques, des supers pistes,  des gens sympas même si la barrière de la langue à été plus difficile qu’aux Pays-Bas. Les Allemands ne parlent pas tous Anglais au contrairement au Néerlandais.

A bientôt.

Bilan du premier mois.

Bilan après un mois de voyage à vélo :

  • Vitesse moyenne : 14.31 km/h
  • Vitesse max : 45.88 km/h
  • Kilomètre max en une journée : 92 km
  • Nombres de crevaison : 0
  • Problème vélo : RAS
  • Nombres de nuit sous la tente : 30/30

A bientôt.

 

 

 

 

Les Pays-Bas, le pays du vélo.

 

J’ai pu vérifier la réputation des Pays-Bas, c’est vraiment le pays du vélo. Il y a des pistes cyclables absolument partout, et des vraies pistes cyclables. Les Hollandais utilisent énormément le vélo comme moyen de transport.

DSCN0019

Piste LF1b que j’ai suivi

Le pays est plat ça aide beaucoup. Les pistes sont larges, praticables et bien indiqués. Tous les réseaux des pistes permettent d’aller absolument partout dans le pays avec des panneaux spécifiquement dédiés aux cyclistes.

DSCN0037

Province de la Zélande

De plus, il y a un peu partout des parkings à vélo, et certain avec des prises électriques gratuite.

DSCN0020DSCN0061Parking 

Pour rejoindre les Pays-Bas, après la ville de Brugge, j’ai pris la direction de la ville de Breskens dans la province du Zelande. Une région absolument magnifique entre la Terre et la mer  du Nord. J’ai pris un bateau bus au port de Breskens pour rejoindre la ville de Vlissingen. 

DSCN0010

Port de Breskens

Les Pays-Bas ayant une altitude en dessous de la mer, j’ai emprunté à plusieurs reprises des pistes cyclables sur les digues entre la terre et mer. Et par le barrage anti-tempête Oosterscheldekering, ce barrage permet de protéger les terres de la Zélande de la mer.

DSCN0029

Barrage de Oosterscheldekering

Le 26 avril, j’ai pu assister à la fête du roi de Hollande, fête très importante pour les Hollandais. 

DSCN0057

J’ai suivi la cote de la mer du Nord jusqu’à la ville de Den-Haag (piste LF1b), ensuite direction de l’est vers la ville d’Arnheim (piste LF4a) et son parc naturel de Veluwezoom. Où j’ai eu la chance de voir de très près des vaches sauvages protéger en totale liberté dans la forêt.

DSCN1510

Vache Highland du parc naturel de Veluwezoom

En conclusion, les Pays-Bas est un superbe pays avec des gens très sympas, près a indiqué un autre chemin plus joli. Un pays avec des paysages magnifiques et variés. Un vrai bonheur de voyager dans cette région à vélo. Et de plus, des petits campings absolument partout pour un repos après une bonne journée.

DSCN0002

 A bientôt.

 

De la haute Normandie à la ville de Brugge

Bonjour à tous !

Cet article présente la route entre le pont de Normandie et l’arrivée à la ville Belge de Brugge. Après le pont de Normandie, j’ai pris la direction de la mer via un passage par la ville de Dieppe, puis Criel sur mer avec ses plages de galets.

Criel_sur_mer
Falaise de Criel sur mer

Ensuite, direction le nord, chez les Ch’ti;  par la ville de Berk dans le Nord Pas de Calais au moment d’un championnat de Cerf volant :

DSCN1564
Festival Cerf volant à Berk plage

Je suis arrivé à la ville de Boulogne sur mer par un vent de face et une petite pluie temporaire :

BoulogneSurMer

 La ville de Boulogne sur mer est de départ de la route R1 que je vais suivre jusqu’en Russie. J’ai donc pris le chemin de la frontière Belge via les petits villages de Colembert, Licques, Watten et Wormhout. Les panneaux d’indication de mon parcours, en Belgique  sont réguliers, j’utilise donc très peu ma carte papier. 

Passage à la frontière Belge sous un joli ciel bleu :

Panneau_Frontiere_France_Belgique

 Le lendemain, j’ai enfourché ma monture à pédale et direction la ville Flamande de Brugge qui fait partie du patrimoine mondial. Brugge est un petit Venise à la Belge avec ces canaux et ces monuments du moyen-âge. 

 DSCN1585

 

La ville conserve des portes d’entrée militaires magnifique :

DSCN1584

  J’ai quitté la Belgique après seulement deux jours, pour la direction des Pays-Bas, le pays du vélo.

A bientôt.